Virginie DUTERME

Virginie Duterme

Une gazelle dans le ciel...

Elle aime faire des choses qui ne se ressemblent pas. Surtout lorsque ces choses ne lui ressemblent pas... Ainsi, après avoir couru « 42.195 » dans les rues de New-York, Paris, Amsterdam, Istanbul... Et dans les Sables du Marathon... Puis, dans les montagnes du Mercantour, celles qui cerclent le Mont-Blanc ou qui traversent La Réunion ; elle s'est évadée vers les Chemins du Ciel ! Annapurna Mandala Trail, Everest Sky Race et Himal Race, Virginie Duterme a trouvé sa nouvelle terre d'aventure. Si pour la Communauté des Kikourous, elle est la « Souris », pour les Chevaliers du Vent, elle est une gazelle dans le ciel.

Virginie Duterme a eu 39 ans, en novembre dernier. Pour fêter ce passage vers un autre âge, elle s'est offert l'ascension du Chulu Far West (6.059 m), au cœur d'une cordée emmenée par Jean-Marc Wojcik. « Lorsqu'elle montait, elle avait l'allure d'une gazelle », se souvient le guide. C'est ainsi que la jeune femme a quitté son manteau de « souris des villes » pour devenir une « gazelle dans le ciel » ! Ce ciel, Virginie veut maintenant le toucher davantage. Lorsque l'expédition « Tukuche 2013 » s'est montée autour de Jean-Marc, Pascal et Fabien, elle a longtemps hésité avant de prendre une décision. Tardivement, elle s'est déclarée. Mais finalement, le chef d'expédition l'a accepté « comme une évidence », précise l'Homme-caillou.

Depuis trois saisons, Virginie se construit un joli palmarès sur les courses qui sortent des normes. Victorieuse de la Montagn'Hard, de l'Everest Sky Race et créditée d'un honorable 36 h 59 à l'Ultra-trail du Mont-Blanc, le Demoiselle de Sceaux fut la seule dame à réaliser la totalité du parcours sur Himal Race 2010. Alors qu'elle est engagée pour l'édition 2013 qui va relier les Camps de Base de l'Annapurna et de l'Everest, Virginie veut aller plus haut. Et pour 2013, c'est avec l'envie de monter à près de 7000 m, et pour tenter de gravir le Tukuche Peak. Pourquoi ? « Tout en étant plus modeste, précise-t-elle, je vais reprendre la  formule de George Leigh Mallory qui, lorsque l'on lui posait la question, pourquoi désirait-il tant gravir le Mont Everest, il répondait : « Parce qu'il est là ! »

Avant le Chulu Far West (6.059 m) en 2012, Virginie n'avait gravi que le Mont-Blanc (4.810 m). Certes, une ascension par les trois Monts (Tacul, Maudit et Blanc), au départ de l'Aiguille du Midi. « C'était en 2007 et je l'avais fait avec deux amis et deux guides dans une progression assez rapide, se souvient-elle. Cela m'avait fait prendre conscience de mes capacités face à l'altitude, alors que je n'avais pas eu de bons résultats lors d'un test d'hypoxie... » Depuis, Virginie s'est rassurée en passant de grands cols himalayens : Nissang La (5.416), Renjo La (5.340), Gokyo Ri (5.350), Chhugyuma La (5.420), Kala Pattar (5.540), Domla La (5.630), Kagmara La (5.115), Khang La (5.500), Gela La (5.094), Chang La (5.150), Ma La (5.400), Charka La (5.100), Thuje La (5.400), Tashi Lapsa (5.755), Mesokantu La (5.099), Kang La (5.322)... Et tout cela en quatre voyages, au cœur du Continent Montagne.

Pour tenter l'ascension du Tukuche Peak (6.920 m), au-delà de la simple opportunité qui s'offrait à elle, Virginie part en toute confiance. « L'occasion de le faire avec Jean-Marc, Pascal et Fabien me rassure, confie-t-elle. Ils ont l'expérience de la haute montagne et connaissent le Népal. Ce qui m'attire aussi, c'est l'idée de partir léger afin d'être rapide. Nous sommes loin des expéditions commerciales pour les touristes. Il n'y a pas une armada qui nous suit... C'est dans la philosophie des Chevaliers du Vent et j'aime cette autonomie. Il y a de la souplesse dans cette expédition et elle nous laisse de la liberté dans nos mouvements. On retrouve l'esprit des grandes courses comme Himal Race. »

Mont-Blanc (4.810 m), Chulu Far West (6.059 m), Tukuche Peak (6.920 m)... Même si ce dernier n'est pas encore gravi, Virginie est aussi dans une progression logique qui pourrait la conduire vers un « 8000 » – certainement le Shisha Pangma (8.013 m) au Tibet  – que les Chevaliers du Vent proposeront en 2015. Un cheminement que la jeune femme a déjà suivi en courant la montagne : Mercantour, Tour du Mont-Blanc, La Réunion, Tour des Géants... Puis l'Himalaya : Mandala, Everest, Himal Race... « L'alpinisme, ce n'est pas la même chose, corrige-t-elle. Il faut déjà que je monte à près de 7000 ! Ce sera la première fois et je ne sais pas comment mon corps va réagir... Mais si cette démarche se veut logique, c'est vrai que j'aimerai un jour, tenter, un 8000... »

Dans l'esprit de Virginie Duterme, il est clair que la montagne ne doit pas accoucher d'une « souris ». N'en déplaisent à Hervé Bec et ses amis kikoureurs. C'est sans nul doute pour la mettre en confiance que Jean-Marc Wojcik l'a promue au rang de « gazelle ». Une gazelle dans le ciel... Et seulement dans le ciel.

Bruno Poirier.


Page précédente : Pascal BEAURY
Page suivante : PARTENAIRES